QUESTIONS
/ REPONSES

Quels sont les effets du rayon de soleil sur la peau ?

BIEN-ÊTRE

Les rayons du soleil ont un effet incontestable sur notre humeur et notre bien-être. La lumière est en effet un chef d’orchestre qui stimule la production d’hormones clés de notre rythme biologique, garantes de l’alternance des cycles d’éveil et de sommeil, et de notre moral.

L’Organisation Mondiale de la Santé reconnaît ainsi que la chaleur et la lumière du soleil « renforcent le sentiment général de bien-être et stimulent la circulation sanguine ».

SYSTEME IMMUNITAIRE

Une fois absorbés au niveau de la peau, les rayons du soleil peuvent perturber le bon fonctionnement de certains éléments clés de notre système de défense.

CANCER

Le potentiel de nuisance des UV repose pour partie sur leur capacité à provoquer des cassures dans l’ADN des cellules. Celles-ci, obligées de « réparer les dégâts », peuvent commettre des erreurs, subir des mutations, et favoriser le développement de cancer. Il convient de distinguer les cancers « non mélanocytaires » et les mélanomes.

Les premiers se développent le plus lentement et sont peu mortels, mais leur traitement chirurgical peut être douloureux et laisser des cicatrices.

Les seconds sont très dangereux.

Et l’exposition importante au soleil au cours de l’enfance semble être plus un facteur de risque plus important que l’exposition ultérieure au cours de la vie.

VITAMINE D :

Le rayonnement ultraviolet est nécessaire à la synthèse de la vitamine D. Ce sont les rayons B (UVB) qui vont permettent la formation de vitamine D, à partir d’un dérivé du cholestérol naturellement présent dans la peau.

PHOTOSENSIBILITE :

Au contact de l’épiderme, les rayons UV peuvent déclencher plusieurs types de réactions. Généralement, il s’agit d’une photo-allergie, où la moindre exposition au soleil cause une éruption cutanée ou un coup de soleil grave. Il existe aussi des cas de photo-toxicité souvent associés, à la prise de certains médicaments (certains anti-inflammatoires non stéroïdiens, des antalgiques, des antibiotiques, des antidépresseurs…).

BRONZAGE :

C’est la réaction la plus facile à observer : soumise aux rayons du soleil, la peau brunit.

Les rayons UV atteignent deux types de cellules :

- les kératinocytes : composant majoritaire de la peau qui se multiplient afin d’épaissir la peau et de mieux la protéger.

- les mélanocytes : plus profonds, qui sous l’action des UV produisent de la mélanine, un pigment brun protecteur, qui colore la peau et crée le bronzage.

Attention ! Les mélanocytes ne sont pas capables de produire de la mélanine en continu toute la journée. Prolonger les heures d’exposition au soleil ne rendra donc pas la peau plus bronzée. Au contraire, on risque même de faire l’inverse et de récolter un coup de soleil ou d’endommager d’autres structures de la peau. Car une fois les mélanocytes et les kératinocytes « saturés », le flot d’UV qui continue à parvenir jusqu’à la peau n’est pas neutralisé.

PHOTOVIEILLISSEMENT :

Les UVA et UVB sont responsables du vieillissement cutané.

Les UVA, en pénétrant dans les couches profondes de l’épiderme, altèrent les fibres élastiques et le collagène qui font partie de la structure du derme. En cassant de la sorte le tissu conjonctif, à terme, ils font perdre à la peau son élasticité naturelle. Le cou, le visage et les mains souffrent le plus de cette surexposition aux UV.

La perte d’élasticité de la peau favorise l’apparition des rides. Une exposition sans protection fait apparaitre des tâches sur le visage de façon irréversible.

Comment se crée
un coup de soleil ?

Exposée au soleil, la peau a une toujours la même réaction : elle se protège, notre peau fonce pour se protéger des rayons UV, car ceux-là sont agressifs pour l’épiderme et le derme, c’est le bronzage.

Efficace, sa capacité de défense n’en est pas moins limitée. Une fois que la peau ne peut plus faire face à la quantité de rayons UV qu’elle reçoit, cela cause une brûlure plus profonde des tissus, faisant apparaître une plaque rouge et douloureuse, c’est le coup de soleil.

La dose maximale d’UV que la peau semble être capable de « gérer » peut être très rapidement atteinte. Selon les individus, trente petites minutes au soleil de midi peuvent suffire pour « attraper » un coup de soleil.

Pourquoi se protéger ?

Attraper des coups de soleil ne renforce pas la peau, ni ne l’entraîne à mieux supporter le soleil. Bien au contraire, elle affaiblit son « endurance » au soleil et augmente le risque de créer des dommages irréparables. Tant et si bien, que le fait d’avoir subi de gros coups de soleil pendant son enfance est à lui seul un facteur de risque de cancer de la peau à l’âge adulte. En matière d’UV, la dose accumulée tout au long de sa vie est donc un facteur majeur, et une fois ce capital épuisé, la peau ne bronze plus de manière homogène, les taches foncées sont alors plus fréquentes.

Un produit solaire
empêche-t-il de bronzer ?

La crème solaire a été inventée spécifiquement pour éviter que le système n’atteigne son point de rupture. Elle agit comme une force d’interposition entre la peau et le soleil.

En diminuant la quantité d’UV qui parviennent jusque dans la peau, elle permet que la mélanogénèse (bronzage) ait lieu dans de bonnes conditions.

Qu’est ce que le SPF ?

Le Sun Protector Factor est un indice qui exprime la capacité d’un produit à protéger la peau. On associe un SPF à une sensibilité. Plus la peau est sensible, plus il faut avoir recours à des soins solaires au SPF élévé.

Quelles sont les différences entre UVA et UVB ?

Une toute petite partie des UVB, seuls 5%, réussit à passer l’atmosphère. Malgré ce tri important, leur nombre est largement suffisant pour, au contact de l’épiderme déclencher la synthèse de vitamine D, stimuler le bronzage et aussi, en excès, causer des coups de soleil.

Ce sont eux aussi qui sont capables de diminuer les défenses immunitaires de la peau. A plus long terme, les attaques répétées d’UVB, ont d’autres effets sur la structure et l’intégrité de l’épiderme : elles participent au vieillissement cutané et à l’apparition de certains cancers cutanés.

Les UVA ne sont quasiment pas filtrés par l’atmosphère. Ils arrivent en masse tout droit du soleil jusqu’à notre peau qu’ils pénètrent plus en profondeur que les UVB. En traversant l’épiderme ils participent en partie à la synthèse de mélanine et donc au phénomène du bronzage. Mais leur principale cible ce sont les fibres élastiques de la peau. Ils sont à ce titre les principaux responsables du vieillissement prématuré. Le rôle des UVA ne se limiterait pas au vieillissement, ils semblent également capables, via la formation des lésions d’ADN, de favoriser le développement de cancers cutanés.

Quelle crème et combien ?

En fonction du type de peau :

Femmes enceintes :

Elles nécessitent une très haute protection sur le visage et le décolleté pendant toute la période estivale, SPF 50+.

Le risque majeur auquel s’exposent les femmes enceintes n’utilisant pas de protection solaire, est l’apparition de mélasmes, des tâches brunes sur le visage et le décolleté.

Peaux peu sensibles au soleil :

Vous pourrez réserver la très haute protection (SPF50+) aux conditions extrêmes, c’est-à-dire les tropiques, la haute montagne, les glaciers…Pour le reste du temps, votre protection peut être haute (SPF30) en bord de plage et moyenne pour des activités quotidiennes sans exposition particulière (SPF20).

Peaux sensibles aux coups de soleil :

Le SPF 50+ est de rigueur en toute occasion (plage, jeu dans un parc…).

Peaux ne craignant pas le soleil :

Comme elles résistent plutôt bien aux UV et que les coups de soleil ne sont pour elles qu’une lointaine menace, une protection moyenne (SPF 20 à 30) suffit à éviter les méfaits du soleil.

Peaux qui ne bronzent pas mais obtiennent un hâle :

Pour ceux qui sont sujets à de fréquents coups de soleil, la sécurité repose sur une protection dite haute, le SPF50+ ou éventuellement 30, pour des activités de plage ou en cas d’exposition prolongée.

Bébé :

Peu importe que sa peau paraisse mate ou pas, un bébé ou un enfant de moins de 3 ans ne doit jamais être exposé directement au soleil ! Sa peau est trop fragile, et pour la protéger du rayonnement indirect (dans la poussette, sous le parasol…) ne choisissez que des protections d’indice très élevé et une formule bien adaptée (sans parfum, sans paraben…).

En fonction du type de produit :

Afin de respecter le niveau de protection solaire affiché, appliquez la juste dose de protecteur solaire.

Crème visage :

  • - Tube avec bouchon doseur : 7 pressions en moyenne pour le visage et le cou d’un adulte.
  • - Tube classique sans doseur, appliquez l’équivalent d’un doigt entier de produit pour le visage entier.

Crème corps :

  • - Tube classique : vous pouvez répartir la crème sur la longueur de deux doigts. C’est la dose référence à appliquer pour chaque bras, chaque jambe (devant et derrière), le haut du dos, le bas du dos, la poitrine, le ventre.
  • - Produit avec pulvérisateur : l’équivalent de 6 pulvérisations sur l’avant bras d’un adulte.

Stick protecteur :

Effectuer 7 passages sur la zone à protéger du corps ou du visage.

Vrai / Faux

Les autobronzants ne protègent pas du soleil ?

VRAI

Un soin autobronzant ne peut en aucun cas être compris comme un synonyme de protection solaire. Conçu pour donner un hâle artificiel à la peau, son efficacité à filtrer les UV est nulle.

L’intensité du rayonnement UV est maximale entre 11h et 16h ?

VRAI

Avec le soleil au zénith, les rayons UVB qu’il projette vers la terre traversent plus facilement les remparts naturels de la Terre. Moins filtrés, ils parviennent jusqu’à nous avec un capital énergétique plus élevé qu’à d’autres moments de la journée, plus dangereux et plus nocifs pour notre épiderme.

La surexposition solaire accélère le vieillissement cutané ?

VRAI

Les rayons UV peuvent certes provoquer des taches mais surtout ils creusent les rides.

Le temps est nuageux, je n’ai pas besoin de me protéger ?

FAUX

Derrière les nuages, le soleil continue d’émettre des rayons UV. Un tapis nuageux bas est certes un bon rempart contre les UV mais c’est le seul. Si les nuages sont hauts dans le ciel ils ne constituent qu’un piètre filtre contre les rayons qui peuvent nous brûler ou endommager plus profondément notre épiderme.

Le soleil favorise la synthèse de vitamine D ?

VRAI

En effet, ce sont les rayons du soleil eux mêmes qui garantissent sa « synthèse ». Sous leur effet, une pro-hormone stockée dans la peau et inactive se transforme en vitamine D active.

Sous les tropiques, l’ensoleillement est maximal ?

VRAI

Sous les tropiques, l’ensoleillement est maximal parce que le rayonnement est vertical. Les rayons verticaux ne sont « plus forts » par nature, mais ils traversent l’atmosphère là ou les couches sont plus fines, les rayons sont donc moins absorbés….

Le soleil est moins dangereux à la montagne ?

FAUX

Le sable sec renvoie immédiatement 15 % des rayons qui le frappent, l’écume des vagues environ 25%. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, on s’expose donc à un rayonnement beaucoup plus intense sur une montagne enneigée puisque la neige réfléchit 75 à 90 % du rayon UV.

Phénomène à prendre en compte également lorsque l’on est à la montagne, l’altitude joue un rôle dans l’intensité du rayonnement solaire qui augmente de 4% tous les 100m.

Envoyer par mail
  • Des conseils de soins personnalisés
  • Offres spéciales & concours
  • Avis à propos de vos produits préférés

Chaque peau a des besoins très particulier,
trouvez votre rituel de soins Eau Thermale Avène.

Commencez maintenant.
  • Produits recommandés pour résoudre vos problèmes de peau
  • L'accès à vos produits préférés et commentaires
  • Enregistrement de vos achats pour récompenser votre fidélité
Inscrivez-vous maintenant

Recherche en cours

Login requis

Connectez-vous à votre compte ou inscrivez-vous pour sauvegarder cette information


Me connecter ou créer un compte