La lumière bleue

Solaire

La lumière bleue, qu’est-ce que c’est ?

La lumière bleue est une lumière principalement émise par le soleil mais aussi par des sources artificielles dotées de lampes à LED ou fluo-compactes telles que les écrans d’ordinateurs, les smartphones etc… Sur le spectre « arc-en-ciel » de la lumière visible, la lumière bleue se divise en deux types de rayonnement très différents.

La lumière « bleu turquoise »
La lumière « bleu turquoise » qui est reconnue vitale à l’organisme. Elle régule nos cycles circadiens, c’est-à-dire contribue à notre éveil, notre endormissement, notre bien-être d’une manière générale.

La lumière « bleu violet » 
La lumière « bleu violet » est la bande du spectre visible contenant le plus d'énergie d’où son nom HEV pour « High Energy Visible Light » en anglais, qui elle est néfaste pour l’organisme : elle accélère le vieillissement de nos cellules et il est nécessaire de s’en protéger. 
 

Lumière bleue : soleil vs écrans, quelle est la différence ?

La lumière bleue des écrans est sans commune mesure avec l’intensité de celle émise par le soleil, même s’ils occupent une place de plus en plus grande dans notre quotidien nous exposant de plus en plus tôt et de plus en plus longtemps à son phénomène. L’intensité lumineuse du soleil peut être 1000 fois plus importante que celle des écrans et il faudrait passer 64 jours complets devant sa tablette digitale pour une exposition équivalente à une heure au soleil. Une autre différence, c’est qu’à l’extérieur, la peau est directement exposée au soleil alors que l’œil ne perçoit que ce qui est réfléchi par la lumière.

1. Comparaison à partir des données du site fluxometer.com
Intensité lumineuse pour un iPhone X : Blue light (weighted power): 8.14 µW/cm2/ 1h dose = 0.0293 J/cm2
Intensité lumineuse pour un iPad4 : Blue light (weighted power): 5.45 µW/cm2/ 1h dose: 0.0196 J/cm2
Goutte ETA


Les effets de la lumière bleue

Avec la lumière bleue haute énergie visible, on a découvert un nouvel ennemi de la peau, peut-être plus nocif encore que les UVA et UVB. En effet ces ondes néfastes sont dotées d’une pénétration encore plus profonde des couches cutanées, allant jusqu’à l’hypoderme. Avec son énergie intense – qui lui vaut son nom – la lumière bleue attaque tous les constituants cellulaires : les lipides, les protéines, l’ADN. À elles seules, elles altèrent les cellules de la peau en une heure d’exposition au soleil². Les dégâts se mesurent sur le long terme d’où la nécessité absolue, en termes de santé publique, de s’en protéger dès le plus jeune âge et tout au long de la vie. Mais ce ne sont pas les seuls effets de la lumière bleue sur l’organisme. En effet d’autres travaux ont montré que cette lumière bleue-violet entraîne la formation d’espèces réactives oxygénées toxiques qui affectent tous les constituants des cellules cutanées : lipides, protéines et l’ADN.

 

² Equivalent à 1h d’exposition au soleil sous nos latitudes en été. Journal of Investigative Dermatology (2010) 130, 259 – 269 ; doi : 10.1038/jid.2009.194 ; published online 13 August 2009)
av_solaires_schema_lumiere-bleue_spectre_16x9

On peut donc raisonnablement supposer qu'à long terme, et surtout au fur et à mesure que le vieillissement érode les mécanismes de défenses cellulaires, l'exposition de la peau à une lumière à haute énergie peut avoir un effet nocif qui favorise son vieillissement voire des mécanismes de cancérisation. Par ailleurs, la lumière bleue agit sur le gène de la pigmentation et stimule l’activité des mélanocytes. Elle aggrave donc certaines dermatoses liées au fonctionnement de la mélanine telles que le masque de grossesse ou l’hyperpigmentation post-inflammatoire. La lumière bleue a donc potentiellement des effets plus dévastateurs encore que les UVA, surtout sur les peaux foncées. 

av_solaires_schema_lumiere-bleue_effets_nefastes_16x9
1. Oxydation des cellules : risque de mutation accru sur les gènes clés. ALTERATION ADN 

CONSEIL D'AMI (ET D'EXPERT)

La solution dermatologique contre la lumière bleue

L’innovation d’Eau Thermale contre la lumière bleue : le nouveau filtre solaire TriAsorb™

Pour lutter contre les effets de la lumière bleue sur la peau, les laboratoires Eau Thermale Avène ont mis au point une nouvelle technologie révolutionnaire : le filtre TriAsorb, inspiré du pouvoir photoprotecteur naturel de la mélanine.
 

Le filtre TriAsorb™ laisse les photorécepteurs fonctionner sur la partie de la lumière bleu turquoise, exactement comme le fait la mélanine pour ne pas interférer avec la physiologie de l’organisme.

CONSEIL D'AMI (ET D'EXPERT)

Comment ça marche concrètement ?

La mélanine, qui est fonction du phototype de chaque individu, se charge de procurer naturellement une photoprotection adaptée à la peau. C’est elle qui protège au quotidien des effets aigus des rayons solaires - les coups de soleil – mais aussi des effets à long terme - le photovieillissement et les cancers cutanés. C’est encore elle qui protège de la lumière bleue à haute énergie visible. Inspiré par ce fonctionnement unique, TriAsorB™ vient apporter à la peau une photoprotection très large et efficace et refléter la partie nocive du spectre solaire, laquelle inclut les UVB, UVA courts, UVA longs mais également la lumière bleue haute énergie visible.
 

Goutte ETA


Une formule qui répond au double engagement d’Avène : respecter la peau et de l’environnement
 

Le nouveau filtre TriAsorB™ s’inscrit pleinement dans la démarche Conscious Care de Pierre Fabre Dermo-Cosmétique. Utile, raisonnée et éthique, celle-ci vise à formuler des actifs toujours plus respectueux de la peau et de l’environnement. 
 

Innocuité de la formule 

Le nouveau filtre TriAsorB™ est une molécule organique qu’on a dispersée dans la formule. Cette technique de dispersion garantit l’innocuité du filtre. Grâce au TriAsorB™, nous avons réussi la prouesse de diminuer d’environ 10 % la part des filtres dans le nouveau soin Intense Protect 50+3 tout en maintenant les hautes qualités de protection.

Ce sont 4 années de travail et 30 études toxicologiques qui ont été consacrées à prouver l’innocuité du filtre. Ultra sûr, TriAsorB™ reste en surface de la peau, saine ou altérée.

 

3 Les tests apportent la preuve qu’il protège l’ADN cellulaire des dommages liés à un stress UV.4

3. Application topique (5 mg.cm-2) Mesures réalisées sur des explants de peau humaine.
3 modèles utilisés : Peau saine/ Peau saine et irradiée/ Peau altérée et irradiée
4. Application topique (2 mg.cm-2) Mesures réalisées sur des épidermes reconstruits - modèles folliculaires. Stress : exposition aigue aux UV. Quantification des dommages de l’ADN (par analyse LC/MS (chromatographie liquide/ spectrométrie de masse
 
av_solaires_engagement-formulation_microscope_1x1
av_solaires_engagement_phytoplancton-zooplancton_1x1

Respect de l’environnement

Les Laboratoires Eau Thermale Avène poursuivent leur démarche éco-responsable et leur engagement pour limiter l’impact des filtres solaires sur les océans. Ainsi le nouveau filtre TriAsorB™ a franchi de nombreux tests en conditions expérimentales et ces tests ont prouvé qu’il était non toxique sur 3 espèces-clés de la biodiversité marine : une espèce de corail, une espèce de phytoplancton et une de zooplancton.

 

SOINS SOLAIRES

SOINS SOLAIRES

Intense Protect 50+

  • Le nouveau soin solaire ultra large spectre répondant aux plus hautes exigences pour la peau tout en minimisant notre impact sur l'environnement.
  • Réduction de 95,3% des lésions de l'ADN induites par la lumière bleue¹ 

¹Test in vitro. Application topique (2 mg.cm-2) Mesures réalisées sur des épidermes reconstruits. Stress : exposition à la lumière bleue simulée. Quantification des dommages oxydatifs de l’ADN par analyse immunohistochimique.

Découvrir
av_sun care_intense protect 50-_social_25_post_3282770141214_hd