Eau Thermale Avène répond à vos questions

Peau et cancer

Eau Thermale Avène répond à vos questions

Quand la peau est sensibilisée par les traitements oncologiques, quand elle devient plus réactive, comment mieux la prendre en charge au quotidien ? Quels soins lui apporter ? Quelle hygiène adopter ? Peau sèche, irritations de la peau ou lésions cutanées, comment réduire et soulager les effets indésirables des traitements contre le cancer sur la peau.
Les conseils du Dr Ariadna Ortiz-Brugués, dermatologue et Directrice médicale de la marque Eau Thermale Avène et de Joëlle Nonni, responsable des ateliers d'éducation à la santé de la peau de la Station thermale d'Avène.

Vos questions

Peau et Cancer

Le traitement sensibilise la peau. Le plus souvent il provoque une simple sécheresse cutanée : la peau devient rugueuse au toucher et présente des petits squames qui tombent comme des pellicules. Lorsque cette « xérose » est plus prononcée, la peau des jambes prend un aspect craquelé et des fissures ou des gerçures apparaissent sur les doigts et les talons. Ces manifestations peuvent aussi s'accompagner d'une sensation d'inconfort cutané, de démangeaisons, de tiraillements.

Sélectionnez des soins adaptés à la sécheresse cutanée, capables de restaurer la fonction barrière de la peau. L'idéal est d'appliquer un émollient au moins une à deux fois par jour sur le visage et sur le corps. Sur le visage, étalez le soin avec le bout des doigts en lissant du centre du visage vers les contours. Sur le corps, l’appliquez en massage léger avec toute la surface de la main. L’émollient s’applique plus facilement en couche fine sur une peau légèrement humide. Faites-le à la sortie de la douche ou du bain par exemple.

Préférez des pains dermatologiques sans savon ou des huiles ou gels lavants adaptés qui sur-graissent la peau et respectent son pH. Faites l'impasse sur les gants de toilette, éponges ou fleurs de douche qui peuvent irriter la peau devenue sensible. Pour vous sécher, évitez de frictionner, mieux vaut tamponner délicatement.

Une eau trop chaude augmente la sécheresse cutanée et réactive l’irritation de la peau. Privilégiez plutôt une douche de 5 mn maximum tous les jours à une température comprise entre 32 et 34°.

Ce sont des symptômes, qui vont de la simple rougeur à des brûlures sévères avec ulcérations, qui peuvent se manifester sur la peau irradiée. En effet, la radiothérapie associée à certaines chimiothérapies rend la peau très fragile et sensible aux traumatismes, même plusieurs mois et années après la fin du traitement. La peau irradiée nécessite donc une surveillance prolongée.

N'appliquez aucun corps gras dans les quatre heures qui précèdent la séance. En revanche, une étude a toutefois montré que l'application biquotidienne d'un émollient sur la zone concernée permettrait de mieux tolérer les effets secondaires de ce traitement*. Hydratez donc soigneusement votre peau après l'irradiation et tous les autres jours.

Le syndrome main/pied se manifeste par l’apparition de rougeurs parfois intenses, d’épaississements, de fissures, de craquelures et de douleurs autour des zones d’appuis. Accordez donc une importance particulière à l'hydratation des plantes de pieds et des paumes de mains dès le début du traitement, ces extrémités étant très sensibles. Évitez les marches prolongées et portez des chaussettes en coton. Enfilez des gants en coton pour vos activités quotidiennes, et des gants adaptés pour les tâches ménagères ou encore le jardinage et le bricolage. Il est préférable de se couper les ongles courts, sans excès et de ne pas faire de manucure ni de ne porter de faux ongles. Consultez un pédicure-podologue si besoin.

Certaines thérapies peuvent provoquer une éruption de boutons et de rougeurs, surtout dans les premières semaines du traitement. Ces lésions se localisent généralement sur le visage, le cuir chevelu, le milieu du dos et la poitrine. Elles peuvent s’accompagner de démangeaisons, de sensations douloureuses de brûlure ou s’infecter. Pour anticiper le risque de cicatrices, évitez les gommages ou toute autre manipulation des lésions. Dès l’apparition des premiers boutons et rougeurs, vous pouvez limiter le risque de prolifération bactérienne avec une crème ou une lotion asséchante à base de cuivre-zinc.

Le maquillage médical peut redonner un effet « bonne mine » et un éclat à la peau. Il permet aussi de cacher les rougeurs, les cicatrices, les cernes ou encore de redessiner les sourcils. La Station thermale d'Avène organise d'ailleurs des ateliers de maquillage qui dispensent de nombreux conseils. Des associations, comme Tout le monde contre le cancer, dans le cadre de leur action l’Échappée Rose, proposent également des soins.

Une protection quotidienne, quelle que soit l’activité prévue, est indispensable. Évitez autant que possible d’exposer votre peau, même en cas d’ensoleillement modéré car certains traitements augmentent la photosensibilité de la peau. Le risque de coups de soleil, voire de brûlures est alors majoré et même une courte exposition peut créer des taches sombres durables. Prévoyez toujours des vêtements couvrants, un chapeau et des lunettes de soleil. Utilisez une crème à un fort indice de protection UV (SPF 50+), élaborée pour minimiser le risque de réactions allergiques, sans parfum, résistante à l’eau et à la transpiration, et renouvelez son application toutes les 2h.